Fantasy·Young Adult

Winner, tome 1 : The Curse – Marie Rutkoski

 

Fille du plus célèbre général d’un empire conquérant, Kestrel n’a que deux choix devant elle : s’enrôler dans l’armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n’est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la  » malédiction du vainqueur  » : celui qui remporte une enchère achète forcément pour un prix trop élevé l’objet de sa convoitise.

Elle ignore encore qu’elle est loin, bien loin, d’avoir fini de payer son geste. Joueuse hors pair, stratège confirmée, elle a la réputation de toujours savoir quand on lui ment. Elle croit donc deviner une partie du passé tourmenté de l’esclave, Arin, et comprend qu’il n’est pas qui il paraît… Mais ce qu’elle soupçonne n’est qu’une infime partie de la vérité, une vérité qui pourrait bien lui coûter la vie, à elle et à tout son entourage.

Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ? Jeux de pouvoir, coups de bluff et pièges insidieux : dans un monde nouveau, né de l’imagination d’une auteure unanimement saluée pour son talent, deux jeunes gens que tout oppose se livrent à une partie de poker menteur qui pourrait bien décider de la destinée de tout un peuple.

La couverture de ce livre est tout simplement sublime, c’est ce qui m’a attiré la première fois. Puis comme toujours avant de me lancer dans un achat, je regarde les quelques avis que je trouve sur Internet et plus particulièrement sur le site Livraddict. Ce livre se classe dans la catégorie fantasy YA, et il faut dire que depuis le début de l’année j’aime beaucoup me plonger dans ce genre un peu plus souvent. J’ai fait de très belles découvertes dans ce registre et d’ailleurs j’ai eu pas mal de coups de coeur. L’univers créé par l’autrice, les personnages, l’histoire, tout est à la hauteur de mes espérances. Ce tome 1 a traîné pendant plusieurs mois dans ma PAL, mais maintenant que j’ai commencé cette série, je n’ai qu’une envie, la continuer.

C’est le premier livre que je lis de Marie Rutkoski, et quel bonheur de plonger dans une histoire avec un univers aussi riche, qui vous en met plein les yeux. Elle a réussi à mettre en place un monde où les Valoriens, peuple vainqueur d’une guerre qui a éclaté quelques années auparavant, sont les rois du monde. Puis il y a les Herranis peuple perdant, qui sont devenus leurs esclaves.

Dans cette histoire, nous suivons le personnage de Kestrel, fille du célèbre général Valoriens, qui se retrouve au coeur d’un vrai dilemme, soit s’enrôler dans l’armée et rejoindre les rangs de son père ou alors se marier avec un garçon de la haute aristocratie. Seulement Kestrel, n’a aucun talent pour le combat, elle se qu’elle aime ce sont ces moments de solitude, de calme avec son piano. Elle est douée pour la stratégie ainsi que pour déceler les mensonges, mais le reste ne l’intéresse pas. Ce que j’ai aimé chez ce personnage, c’est qu’elle n’hésite pas remettre en question des éléments qui lui paraissent pas des plus justes. J’ai aimé cette façon d’être capable de reconnaître les torts de son peuple.

Kestrel va se retrouver avec son amie Jess, par erreur sur le marché aux esclaves et sans s’en rendre compte elle finira par acheter un esclave à un prix exorbitant, qui ne manquera pas de faire grand bruit chez les Valoriens. C’est à ce moment qu’apparaît Arin, esclave Herranis, acheté par Kestrel. Il va se retrouver dans la demeure de la jeune fille où il sera chargé de fabriquer des armes pour les soldats.

D’abord distante envers le jeune homme, Kestrel va vouloir en connaître davantage, au point où elle le considérera comme un ami et non comme son esclave. Les deux jeunes gens vont apprendre à se connaître, et même si tous les oppose, ils vont trouver en chacun d’eux du réconfort.

J’ai d’abord été surprise de la naration à la troisième personne, d’habitude j’ai beaucoup de mal à me plonger dans l’histoire. Mais grâce à la plume fluide de l’autrice et au point de vue alterné entre Kestrel et Arin, ma lecture s’est faite toute seule. Marie Rutkoski va explorer son histoire dans les moindres détails. Alors oui, il faut quelques pages pour que l’autrice pose les bases de son histoire. Il y a des descriptions, mais elles sont faites de manière tellement fluide, qu’elles sont faciles à lire et m’ont permisses de rentrer totalement dans l’histoire.
J’ai beaucoup aimé les personnages de Kestrel et d’Arin, similaire en beaucoup de points, ils nous offrent une vision totalement différente de leur monde.

Marie Rutkoski a réussi son pari, un premier tome qui pose les bases d’une histoire qui promet d’être explosive et riche en rebondissements. J’ai hâte de me procurer le tome 2 et de pouvoir connaître la suite des évènements. Surtout après les dernières pages qui relancent l’histoire et nous ouvrent une nouvelle possibilité. J’ai hâte de retrouver nos deux personnages.

5/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s